Méthodologie du projet pédagogique

La place grandissante qu'ont pu prendre les technologies de l'Image ces dernières décennies pose question dans les systèmes éducatifs et pédagogiques. Si ces outils d'information, de communication et de diffusion sont intégrés par les jeunes générations et employés à bon escient pour la connaissance et l'échange, l'Image et son pouvoir de conviction est également néfaste dans son utilisation excessive (hyper-stimulation, perte de concentration, manipulation, refuge...).

L'Image a toujours eu cet aspect ouvert aux multiples interprétations ; le message du réalisateur sera forcément supplanté par une multitude d'autres dépendant de la seule interprétation du spectateur. Les nombreuses formes de l'Image en mouvement contemporaine (cinéma, vidéo, scénographie, jeu vidéo, message publicitaire sur internet et téléphone portable...) sont autant d'aspects à décrypter et analyser, pour favoriser l'esprit critique chez le collégien ou le lycéen et lui permettre de construire des critères de choix ; la production artistique qu'il consomme doit être le prolongement et la résonance de sa sensibilité et non pas la supplanter.

L'équipe éducative gérera d'avantage un phénomène de société installé au sein de leur établissement et dans les habitudes de leurs élèves, si ceux-ci acquièrent la maturité de se détacher un peu plus de ces technologies. L'intervenant-vidéaste en collaboration avec un professeur et sa discipline pourra adapter un projet de réalisation-vidéo qui puisse avoir un impact et une résonance entre un programme pédagogique et les préoccupations profondes des jeunes générations.

Théorie de l'Image

Dans un premier temps, il semble nécessaire d'installer un cadre historique et théorique de l'Image dans une séance de présentation.

Brève histoire de l'Image L'élève doit prendre conscience que l'Image en mouvement produit et diffusée par les technologies modernes de communication et d'information, et dont il est spectateur/utilisateur/consommateur, s'enracine dans une lointaine Histoire religieuse, sociale, politique et économique. Malgré cette révolution numérique et le déferlement technologique contemporain bouleversant notre manière de communiquer et de nous représenter le monde, on peut tenter de situer le contexte actuel dans un cycle et une Histoire qui se répètent, et repérer la nouveauté et ce qui l'est moins, dans la forme et le fond de l'Image. Pour cela, cet exposé s'appuiera sur des artistes, philosophes et penseurs de l'Image d'hier et d'aujourd'hui (Hegel, Gombrich, Virilio, Debray, Breton...).

Décryptage et analyse des paysages visuels contemporains La révolution technologique moderne que nous vivons est symbolisé par l'instantanéité des informations et communications, à l'intérieur de laquelle l'Image a pris une multitude de formes. Entre publicité, presse, moyens de communication et monde culturel, l'image en mouvement prend des fonctions et des sens aux frontières parfois mal discernables. A l'intérieur même de la production culturelle ou du monde du spectacle, entre séduction médiatique, technologique et véritable création artistique, le paysage visuel apparaît trouble et complexe.

A partir de ma propre expérience de vidéaste-plasticien et d'exemples de productions contemporaines, cette présentation théorique pourra déboucher sur une amorce de travail avec les élèves.

Mise en place et construction du projet

Partant d'une collaboration avec un professeur, la mise en place du projet vidéo partira des objectifs pédagogiques de la discipline en question. L'intervenant et le professeur travailleront en parallèle, les cours et les interventions venant s'alimenter l'un et l'autre.

Prise en charge individuelle du projet Sera demandé à l'élève de puiser dans sa propre expérience et sensibilité. Selon ses préférences et affinités, et avant de rentrer dans la pratique vidéo, d'autres outils de formation du regard lui sera proposé (écriture, croquis, dessin, photographie, photo-montage...).

Atelier d'échange Après avoir constitué des petits groupes, les élèves pourront partager leurs recherches et réflexions, et partir sur un travail préparatoire de réalisation-vidéo. Ce n'est qu'au terme d'une idée commune définie dans son ensemble, qu'ils devront choisir une forme d'emploi de l'Image : reportage, fiction, art-video, installation, projection-vidéo. D'avantage lié à la fiction et au cinéma, le story-board est le travail préparatoire classique à l'élaboration d'un film. D'autres méthodes beaucoup plus larges (écriture, photos...) peuvent être utilisées ; et c'est le croisement de ces différents outils qui fera aussi la singularité et l'originalité de la réalisation.

Pratique de l'Image

A ce stade, les élèves doivent avoir un travail préparatoire solide et une idée précise de ce qu'ils veulent obtenir. Dans une pratique professionnelle, le passage à la réalisation demande des ajustements et des remises en question du travail de recherche. Plus on ira vers un travail d'art-vidéo, plus ce va-et-vient entre pratique et réflexion formelle et théorique construira l'oeuvre plastique. Seulement, le temps imparti de ces projets limite ce fonctionnement et l'élève aura peut-être cette frustration de ne pouvoir réaliser exactement ce qu'il avait imaginé. Mais cette prise de conscience ne peut être qu'instructive et faire prendre conscience de la complexité d'une création vidéo.

Maniement du matériel et notions techniques Toute une séance sera consacrée à la découverte du maniement des caméras professionnelles (caméras sony DVCAM et HD). Les réglages manuels de ce matériel obligera l'élève à aborder les notions techniques de l'Image, qu'il ne peut utiliser sur du matériel amateur, automatique. La prise en compte de la lumière sera le premier élément extérieur auquel il devra être attentif... Adepte de la caméra embarquée dans mon travail, on se concentrera également sur l'importance d'un bon positionnement du corps et de son équilibre, pour obtenir de beaux mouvements de caméra. Pour comprendre les indications de tournage, une fiche technique de vocabulaire et de notions leur sera remise.

Tournage Il faudra insister sur le fait que chacun participe à un travail d'équipe et pour le bon déroulement de l'objectif commun. Chaque rôle sera défini par avance ; d'un côté les apprentis techniciens de l'Image (caméraman, preneur de son, accessoiriste, scripte, assistant...), et de l'autre, dans le cas d'une fiction ou un reportage, comédiens et reporters.

Montage Cette phase de travail est beaucoup plus délicate à aborder dans le cadre d'un projet pédagogique : elle est beaucoup plus technique ; à la différence du maniement des caméras, une simple initiation ne peut suffire pour comprendre le fonctionnement du logiciel de montage. Dans le cas d'une fiction ou d'un reportage, le vidéaste pourra s'en charger seul ; la trame générale ayant été tracée par avance par les élèves. Par contre, une séance pourra y être consacrée sur un travail d'art-video.

Monstration L'importance de ce travail dépendra de la forme de l'Image : plus on ira vers un travail d'installation-vidéo et de scénographie, plus on abordera cette étape.